Le rêve du celte

de Mario Vargas Llosa, paru en 2010, édition en français en 2011 chez Gallimard

Roger Casement est un irlandais issu d’une famille à la stricte morale. Diplomate, il est envoyé au Congo par le gouvernement britannique vers la fin du 19 ème siècle pour enquêter sur la condition des esclaves. Ce qu’il découvre le bouleverse et il remet à Londres un rapport accablant sur les atrocités commises par le pouvoir colonial imposé par le roi des Belges. Dans une deuxième mission, il part en Amazonie où il revit les mêmes traumatismes psychologiques devant la maltraitance que subissent les populations dans l’exploitation forcée du caoutchouc.

De retour à Londres, perturbé par ses observations qui tournent à l’obsession et par son impuissance à changer le monde, son penchant pour le nationalisme irlandais s’exacerbe et il assimile la situation des irlandais sous le joug britannique à ce qu’il a vu au Congo et au Pérou. Il se lance sans retenue dans une croisade pour la libération de l’Irlande.

Sa trahison est jugée d’autant plus sévèrement par les autorités britanniques que la saisie de son journal a révélé son homosexualité. C’est un beau roman du prix Nobel péruvien, un peu dur et austère. Les pages d’histoire sont puissantes et sévères. L’analyse psychologique du personnage (Roger Casement 1864-1916) est fine et approfondie. Une lecture très enrichissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code