Huit leçons sur l’Afrique d’Alain Mabanckou édité en 2020 aux éditions Grasset

Image empruntée à: https://www.lebrief.ma/huit-lecons-sur-lafrique/

Alain Mabanckou, d’origine congolaise et dont beaucoup de romans figurent dans ce blog, a été invité en 2006 à tenir la chaire de Création artistique au Collège de France. L’ouvrage présenté ici collige les huit leçons qu’il a données lors de cette mission. Pour qui s’intéresse à la littérature du continent noir c’est une lecture des plus instructives qui permet d’aborder les romans même contemporains, avec un nouveau regard ou un regard conforté. Alain Mabanckou cite les auteurs blancs qui parlent de l’Afrique mais surtout il place les oeuvres et les auteurs africains dans une chronologie jalonnée par les étapes de la colonisation: avant, pendant et après la colonisation. On comprend pourquoi les romans africains (par exemple les romans de Léonora Miano https://critiquacroquer.fr/le-crepuscule-du-tourment-tome-2-heritage-de-leonora-miano-publie-en-2017-aux-editions-grasset/) sont imprégnés des drames de la colonisation et de la décolonisation et du déchirement du peuple africain, uni par ses origines et son histoire mais divisé en afro-américains, africains immigrés chez les anciens colonisateurs et africains restés sur le continent.

Dans la deuxième leçon (sans conteste ma préférée), Alain Mabanckou retrace l’historique du mouvement qui a abouti au concept de « Négritude »: « Nous créateurs de la nouvelle génération nègre, nous voulons exprimer notre personnalité noire sans honte ni crainte… » En 1930 à Paris, le mouvement promu par Aimé Césaire, Léopold Sédar Senghor et Léon-Gontran Damas, a d’abord été un mouvement poétique et littéraire avant de devenir culturel et politique (https://m.facebook.com/educationsn/photos/a.319711065132394/1322302311539926/). Ce courant interpelle les intellectuels et dans les années 50, Jean-Paul Sartre écrira à propos de la Négritude:  » … C’est une tension de l’âme, un choix de soi-même et d’autrui, une façon de dépasser les données brutes de l’âme, bref, un projet tout comme l’acte volontaire … C’est l’être-dans-le-monde-du-Nègre. » Parmi les autres leçons j’ai surtout retenu la place des guerres civiles, de l’enfant soldat et du génocide du Rwanda dans la littérature africaine contemporaine. Une lecture sérieuse et enrichissante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code