Café philo: Peut-on douter de tout? Novembre 2022 (2)

https://citation-celebre.leparisien.fr/citations/29278
https://www.pinterest.pt/pin/374009944049194873/

Ce que j’en pense après le débat:

Le doute est une question classique de philosophie. Deux thèses s’affrontent: Avec Descartes et le doute méthodique il faut douter de tout pour rechercher l’absolument vrai. Avec les sceptiques et le doute sceptique, il n’est pas utile de douter car il n’existe pas de vérité accessible. L’actualité de la question c’est l’irruption du complotisme et de la contestation de la science dans notre société contemporaine parce qu’il existe une confusion entre le doute et le soupçon.

Le doute est inhérent à l’humain. C’est une suspension du jugement tant que l’objet de la réflexion n’a pas été soumis à l’analyse méthodique du doute. Les données à examiner sont objectives, directement accessibles à nos sens, subjectives, accessibles à notre raisonnement, élaborées, parfois accessibles à l’étude (affects, percepts et concepts). Pendant longtemps les données accessibles aux sens de tous ne semblaient pas devoir être questionnées parce qu’évidentes mais les progrès des neurosciences ont bouleversé cette opinion en démontrant que nos sens nous trompent et nous conduisent à une interprétation de la vérité (https://critiquacroquer.fr/le-cinema-interieur/).

Vivre le doute en société n’est pas confortable parce qu’il n’est matériellement pas possible d’analyser toutes les questions et situations qui se présentent avant de prendre une décision. L’excès de doute conduit à l’impuissance. Se questionner peut conduire à une impasse ou à se trouver en contradiction avec l’opinion générale et générer des frustrations. Il peut paraître plus simple de se fier à l’instinct du troupeau, considérer comme vrai ce que l’on perçoit et adapter ses conduites à celles du plus grand nombre. L’absence de doute conduit à l’asservissement.

On peut douter de tout tant que la raison de douter et le but poursuivi sont honnêtes. Mettre en doute les fondements de la société, ses principes, ses choix démocratiques dans le but de l’ébranler et dans une perspective de prise de pouvoir est évidemment condamnable. On peut douter de la science mais pas à la façon des « platistes » (mouvement qui considère que la terre est plate) ou des « créationnistes » (Dieu créa Adam le 7ème jour puis Eve à partir d’une côte d’Adam puis les chassa du paradis terrestre). Il faut douter de la science parce que le doute, le questionnement sont le moteur de la recherche scientifique et, pour que ce doute soit productif, il doit être méthodique. Toute publication scientifique respecte des codes stricts pour qu’elle puisse être utilement évaluée. Les expérimentations seront répétées par d’autres équipes et les résultats vérifiés. Chacun des auteurs doit déclarer ses éventuels conflits d’intérêt. A chacun de s’obliger à une lecture critique et, dans les domaines où on n’a pas les compétences pour conclure, il faut choisir des pairs de confiance que l’on écoutera. Enfin on n’oubliera pas que toute vérité scientifique doit être soumise à l’expérimentation et qu’elle n’est vérité scientifique que tant qu’elle n’a pas été contredite par de nouvelles expérimentations.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code