La Science de la Résurrection de Stéphane Charpier édité en 2020 aux éditions Flammarion

Image empruntée à: https://www.quebecscience.qc.ca/sante/resurrection-2-0/

Voilà un livre au sujet original, traité avec beaucoup d’intelligence et de clarté. Certains des thèmes abordés sont déjà populaires comme les comas dépassés, les expériences de mort imminente, l’état de mort cérébrale autorisant des prélèvements d’organes pour transplantation ou encore le mythe de Frankenstein et la vie de son auteure Mary Shelley (https://www.franceculture.fr/personne-mary-shelley). Mais chacun de nous peut se trouver concerné par bien d’autres questionnements sur la frontière entre la vie et la mort et le franchissement de cette limite à priori évidente et définitive, et en pratique assez indéfinissable (https://institutducerveau-icm.org/fr/actualite/stephane-charpier-electrophysiologie/).

Si le roman de Mary Shelley (https://www.futura-sciences.com/livres/science-fiction-frankenstein-104/) et les films sur Frankenstein (https://www.senscritique.com/top/resultats/les_meilleurs_films_sur_frankenstein/820609) sont assez effrayants, les expériences des médecins et autres scientifiques réalisées sur des cadavres « frais » de condamnés décapités ou pendus sont proprement ahurissantes. Et certaines expériences avec des animaux sont tout à fait scandaleuses! Bien sûr, toutes ces expériences sont riches d’enseignements surtout après les découvertes de Galvani qui ont permis d’enregistrer l’activité électrique du cerveau et des nerfs périphériques. On sait désormais qu’un mort peut bouger, sourire ou pousser un cri tout en restant bien mort et qu’une pendue peut ressusciter si elle a été « mal pendue »!

Stéphane Charpier, éminent neurologue, chercheur en neurosciences reconnu par ses pairs (https://www.plateforme-recherche-findevie.fr/user/625), nous entraîne à sa suite dans les services de réanimation où tous les stades de coma sont pris en charge à la suite d’accidents ou d’hémorragie cérébrale. Il explique avec simplicité les moyens et les critères pour établir le diagnostic des lésions, le type de coma, le pronostic d’une récupération des fonctions cognitives. Il montre qu’il faut comprendre les situations aussi différentes que la coma dépassé, la mort du tronc cérébral, la mort corticale ou néo-corticale, leurs implications et leurs répercussions sur la vie des proches et les divergences sur les questions scientifiques concernant la mort de par le monde.

L’auteur évoque aussi l’avenir et les espoirs des chercheurs (https://institutducerveau-icm.org/fr/mission/), pas tant les tentatives de greffe de tête aussi déroutantes que farfelues, que de parvenir à définir le moment et l’état de mort grâce à l’enregistrement de l’onde électrique de mort qui signe la disparition de la différence de potentiel électrique de part et d’autre de la membrane de la cellule nerveuse (lequel conditionne la propagation de l’influx nerveux) et de l’onde de la résurrection lorsqu’une réanimation réussie permet de le restaurer.

Quelle lecture enrichissante et dire que j’ai signé des certificats de décès pendant toute ma carrière sans savoir tout ça…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

*

code